Home Institutions&Valeurs Cycles scolaires et enseignement en Haïti
Cycles scolaires et enseignement en Haïti

Cycles scolaires et enseignement en Haïti

100
0

Cycles scolaires et enseignement en Haïti. Le « Kindergarten », jardin d’enfant, comporte trois classes. C’est notre « maternelle ».
Les enfants commencent à apprendre les lettres de l’alphabet. On s’adresse aux enfants en créole et en français, en principe. La date est écrite au tableau en français ainsi que la phrase du jour « Dieu aime les enfants sages – Dieu aime tous les enfants – Qui veut juin prépare septembre.

L’enseignement primaire - comporte deux cycles

Premier cycle, année fondamentale (AF), trois ans.

  • 1eAF
  • 2eAF
  • 4eAF

Deuxième cycle, (AF), trois ans.

  • 4eAF
  • 5eAF
  • 6e AF

Il y a un examen en fin de deuxième cycle: c’est le certificat.Pour les épreuves, l’élève a le choix entre un texte en français ou un texte en créole.

Le troisième cycle, (AF), trois ans.

  • 7eAF
  • 8eAF
  • 9°AF (En effet, en 9° AF, il y a un examen d’état « Fin de fondamentale)

L'enseignement - Secondaire

  • 3e secondaire
  • 2e secondaire
  • 1e secondaire (ou rhétorique) Philo

Philo - 4 sections

Il y a quatre sections pour la classe de philo.

  • Philo A : philosophie ;
  • Philo B : lettres;
  • Philo C : maths , physique ;
  • Philo D : physique , biologie.

Il y figure une épreuve de compréhension du créole haïtien, tous les autres textes sont en français. Le créole se rencontre dans des études de textes haïtiens: littérature et poésie. L’enseignement secondaire comporte quatre ans d’études. L’examen final est le bac .

Établissements

Les établissements scolaires sont soit du domaine enseignement public, soit du domaine enseignement privé, ces derniers sont de très loin les plus nombreux. Les écoles primaires publiques sont appelées « Ecole Nationale »
Il existe quelques écoles communales dans les zones rurales, elles sont très souvent pauvres et l’enseignement n’est pas de qualité.
L’enseignement privé fleurit partout, à tous les niveaux. Par ses enseignes, il est très visible au contraire de l’enseignement public. Les frais d’inscription et les cotisations mensuelles sont inaccessibles aux pauvres. Les congrégations religieuses, envahissantes, bénéficient de subventions de l’Etat et d’aides importantes des groupements religieux. Elles sont souvent propriétaires de terres, de locaux et terrains. Elles sont bien dotées et peuvent donc offrir un enseignement de qualité, mais le prosélytisme est partout et mettent sous influence les enfants dès le plus jeune âge.
Bon nombre de petites écoles représentent une source de revenus pour leurs propriétaires… avec des enseignants d’un niveau déplorable et un enseignement de très bas niveau, pour ne pas dire complètement nul.

Échec scolaire

L’échec scolaire constitue un handicap majeur pour le système éducatif haïtien. En effet, environ 30% des enfants qui fréquentent l’école primaire (école fondamentale) ne rejoignent pas la troisième année.
En Haïti, le problème de l’échec scolaire touche un nombre élevé d’élèves, et ce, au niveau de l’enseignement à l’école fondamentale. Le problème de l’échec scolaire dans le système éducatif haïtien est lié à la question du bilinguisme. L’échec scolaire des enfants dans le milieu scolaire Haïtien est aussi en rapport avec les conditions physiques de l’école (manque d’infrastructures scolaires, matériels didactiques appropries à l’apprentissage, etc.), les pratiques scolaires, les attitudes des enseignants, l’implication du milieu familial dans la formation des enfants. La situation socio-économique et socio-culturelle des enfants influerait sur l’état d’esprit des élèves.

Le système éducatif haïtien est marqué par une importante proportion d’élèves sur-âgés qui engendre l’échec scolaire. Cette proportion passait de 72% en 2003 à 60,84% en 2011.
Les causes de ce fait sont d’une part, l’entrée tardive des enfants à l’école pour des raisons économiques d’autre part la faible qualité de l’enseignement et des conditions d’apprentissage qui favorisent le l’échec scolaire.
Redoublement. La question de redoublement est très considérable dans le Système Éducatif Haïtien. Le “redoublement est déficitaire et pour les parents et pour l’État, et a aussi un impact social négatif sur les élèves.
« Les données statistiques disponibles en Haïti indiquent que 80% des élèves redoublent au moins une fois.
Le système agit donc comme un entonnoir. Par exemple, sur 100 élèves entrant en première année, seulement 3 arrivent en philo.

Religion et éducation

L’identité nationale de l’Haïtien à travers son système éducatif a toujours soulevé des questions en fonction du contrôle exercé par la religion sur l’enseignement en Haïti depuis l’indépendance. Ainsi plusieurs scientifiques post modernes dont : Thomas Kuhn (1962), Gilles Bourgain (2011) vont même proposer de « sortir de la religion ». De son côté dans son ouvrage l’éthique protestante montre également la pertinence de « l’agir en communauté » ou la religion joue un rôle important. Pourtant l’ancrage de la religion dans toutes les sphères de la société haïtienne notamment dans l’éducation demeure de plus en plus important.

Quelle est donc l’explication de ce phénomène séculaire en Haïti ?

Appréhender éducation et religion en tant qu’objet d’étude demeure pour nous une préoccupation compte tenu de la dimension éthique, morale, politique liée à une telle entreprise.


Cycles scolaires et enseignement en Haïti

Info:M. Agnès Lahellec Fédération Enfants-Soleil

(100)

WallyTheMan Nous avons osé être libres, osons l’être par nous-mêmes et pour nous-mêmes ; imitons l’enfant qui grandit : son propre poids brise la lisière qui lui devient inutile et l’entrave dans sa marche. J'@ime Haïti, je M'investis

Laisser vos commentaires

X