Home Culture Le tambour en Haïti
0

Le tambour en Haïti

Le tambour en Haïti
107
0

Poser cette question, c’est presque y répondre.Est-il un instrument de musique qui éveille dans l’âme haïtienne des résonances émotionnelles?

Le tambour, qui accompagne les joies comme les peines, le travail comme les moments de détente des Haïtiens, est, en Haïti, indissociable avec la danse. Cela, depuis les temps lointains,pas si lointain finalement,dans l’temps de l’esclavage. « Une société de tambour : la danse de l’esclave » : c’est par cette caractérisation suggestive que l’anthropologue Gérard Barthélemy met en relief la place du tambour dans la vie des masses d’esclaves transportés de l’Afrique à Saint-Domingue.

Du registre religieux – vaudou notamment – au registre profane, du domaine artistique au champ littéraire, le tambour n’a pas fini d’interpeller l’Haïtien au plus profond de son être au monde. « Le tambour est le symbole de la vie haïtienne. Il est présent dans toutes nos activités et essentiel dans nos danses », écrit de son côté le professeur Maurice A. Lubin.

Symbole de la célébration de la vie, le tambour est par ailleurs indissociable des rituels du vaudou, « religion populaire du peuple haïtien ». Cela explique sans doute la suspicion, voire le rejet, parfois violent, dont cet instrument fait l’objet dans certains milieux chrétiens.

Le vaudou, faut-il le rappeler, est un culte religieux qui, en raison d’un certain nombre de facteurs: historiques, politiques, sociologiques où beaucoup font semblant de le mépriser tout en y étant des croyants. Si le tambour est bien, pour répéter le professeur Maurice A. Lubin, « le symbole de la vie haïtienne », c’est qu’il a toujours rythmé le quotidien de l’Haïtien: ses joies comme ses peines, ses espoirs comme ses déceptions – cela au temps de Saint-Domingue déjà, comme aujourd’hui encore.

Que serait la vie de l’Haïtien sans le tambour ? Même dans nos moments les plus difficiles, il suffit d’un petit carnaval, un petit Rara et pour que la paix revienne.


Photos: Nouvellesiles.com

(107)

tags:
WallyTheMan Nous avons osé être libres, osons l’être par nous-mêmes et pour nous-mêmes ; imitons l’enfant qui grandit : son propre poids brise la lisière qui lui devient inutile et l’entrave dans sa marche. J'@ime Haïti, je M'investis

Laisser vos commentaires

X