Il arrive que ce jeu de cartes se joue beaucoup pour de l’argent chez nous et ailleurs et de manière tout aussi intéressante et passionnante, mais c’est un jeu amusant pour passer le temps, s’amuser, avoir du plaisir et pour se moquer des autres à qui la chance ne les sourit pas. Au Bésigue, on utilise 2 jeux de 32 cartes, soit 64 cartes. Il n’est pas attesté, comme on le dit en Haïti, que ce jeu fut inventé par un certain Charles Bézigue.

Le but du jeu

Au Bésigue, les joueurs doivent essayer de faire le plus de points possibles. Généralement, cela se limite à un total de 1000 points. Pour ce faire, ils doivent ramasser le plus de plis, de préférence ceux qui sont valeureux, dont des brisques (As et 10).

Le Jeu

En gros, il a beaucoup de points communs avec le Bésigue Rubicond : quatre panoplies de cartes sans les basses sont utilisées, neuf cartes sont distribuées par trois à chaque joueur. La séquence des valeurs, de la plus forte à la plus petite, est la même : As, Dix, Roi, Dame, Valet, Neuf, Huit, Sept. Les mêmes règles tiennent pour la priorité, la distribution, le trait, les tirages, les déclarations, les combinaisons. Le « joker » peut être substitué à n’importe quelle carte pour compléter une combinaison par exemple : trois valets et un joker comptent pour quatre valets, etc., sauf dans le cas de la quinte majeure : As, Dix, Roi, Dame et Valet.

Les joueurs pillent pour la priorité du trait.

Le joueur qui tire la plus petite carte devient le dealer (ou donneur) pour la main ou manche. Il devra battre et distribuer les cartes. Après la manche, la main passe, dans le sens contraire à la marche des aiguilles d’une horloge. À plus de deux joueurs, le joueur à gauche du dealer sépare le lot en deux parties dont le dealer inverse l’ordre pour commencer la distribution par trois cartes de la droite vers la gauche jusqu’à concurrence de neuf cartes chaque joueur, et le joueur à droite du dealer a le premier trait.Le reste du lot est placé à droite du donneur, la face tournée vers la table et de façon légèrement inclinée pour faciliter les prises. Tous 7 d’atout déclaré valent 10pts.

1On distingue plusieurs variétés de Bésigues haïtiens.

On a d’abord le Bésigue des « 100 Points » pour la Compétition individuelle, qui se joue à deux avec deux variantes : la 16-16 dans laquelle le joueur ne peut marquer qu’à partir de 16 brisques réalisées il y a 32 brisques en tout dans le jeu.

S’il ne les réalise pas, il paie 200pts et s’il n’a pas 200pts sur son marqueur, il perd la partie qui compte pour deux. Si le joueur a les seize brisques, mais n’a pas deux cents points sur son marqueur, il ne les marque pas.

La variante 17-32

Il existe aussi la variante 17-32 dans laquelle personne ne marque les brisques lorsque chaque joueur réalise 16 brisques, et le joueur qui a plus de 16 brisques marque 320pts pour la totalité des brisques et l’autre devra quand même payer 200pts. Aucun point ne peut être déclaré avant le premier mariage qui détermine la couleur de l’atout. La première rencontre Dame de Pique/Valet de Carreaux est côté 100pts dans certaines régions. Le jeu se joue avec ou sans les « Jokers », suivant les conventions. Celui qui atteint 1000pts avant l’autre gagne la partie et si l’adversaire n’atteint pas 750pts, la partie compte pour deux.

Le joueur qui arrive à gagner quatre parties de suite « donne 100pts » à l’autre qui devra monter ces 100pts pour faire l’équilibre entre sa faiblesse et la force de l’adversaire sur son marqueur avant que la partie commence, jusqu’à ce qu’il les remette au donneur de la même façon quatre partie de suite. Mais s’il arrive à accumuler 300pts, le récipiendaire est déclaré hors combat… l’adversaire est trop redoutable, il est d’une catégorie trop élevée, etc.

2Le Bésigue du « Chien »

On a ensuite le Bésigue du « Chien » ou du Mal Sellé qui se joue à quatre. Dans ce jeu, celui qui a le plus bas score à la fin de la partie devient le « chien » le souffre-douleur de la partie suivante, l’avant-dernier se retire pour laisser la place à un nouvel arrivant, le gagnant le roi hérite de 50pts d’avance sur son marqueur et le premier trait lui revient d’office. Le « chien », lui, reste debout pendant toute la durée de la partie. Affublé en plus d’accoutrements très grotesques, toutes les petites corvées du jeu lui tombent sur la gueule.

Les combinaisons et les points

  • Les combinaisons et les points sont ainsi déclarés :
    Premier Bésigue de la partie 100pts.
  • Double bésigue (deux dames de pique et deux valets de carreau à la fois)500pts
  • Mariage royal (roi et dame d’atout)40pts
  • 7 d’atout déclaré 10 pts
  • Mariage ordinaire (n’importe quels roi et dame) 20 pts
  • Bésigue (dame de pique et valet de carreau) 40 pts
  • 4 As 100 pts
  • 4 Rois 80 pts
  • 4 Dames 60 pts
  • 4 Valets 40 pts
  • Quinte majeure (As, Dix, Roi, Dame et Valet) 250 pts
  • Brisques (As et Dix) 10 pts
  • Dernière coupe 10 pts

3Le chien

  1. D’abord, il devra restituer les 50pts que le roi s’est tapés.

  1. Assis à gauche du roi, il bat la carte, sépare le lot, inverse l’ordre et distribue à lui seul les cartes.
  2. Un joueur qui reçoit une main de cartes sans une figure au moins (Roi, Dame ou Valet) montre ses cartes et le « chien » rebat les cartes.
  3. Le chien ramasse les cartes jouées au milieu de la table pour les classer dans les plis du joueur qui a le trait, et s’il n’y a pas de brisques parmi ces cartes, il doit les mettre sur sa propre pile.

  4. Il fait la lecture des marqueurs de temps en temps en criant les points des joueurs, sur demande de n’importe lequel.
  5. Il doit japper trois fois,chaque fois qu’un joueur déclare un 40 de bésigue.
  6. Chaque fois qu’un 40 de valets est déclaré sur la table, il doit crier haut et fort : « 40 mwen menm ! » or, les valets sont bizarrement surnommés « ti vagabond » dans notre jeu de bésigue, on ne sais pas pourquoi…. Le chien descend lui-même les points des joueurs qui commettent des erreurs.
  7. C’est lui qui doit habiller le prochain « chien » s’il s’en sort et s’il se tape un second mandat, il devra porter sa chaise sur le dos en jouant.
  8. Et s’il se tape, une troisième « tena »…enfin,bon, il doit se rappeler tous les points que tous les joueurs ont déclarés au cours de la main, en cas de réclamations.
  9. Il marque lui-même les 10pts des 7 joués et les 10pts de la dernière coupe pour les joueurs les 10pts du 7 d’atout vont à celui qui a le trait et non à celui qui l’a joué au milieu de la table.
  10. Toutes les erreurs du « chien » lui coûtent 50pts.

  11. Tout habitué des lieux qui s’amène pendant la séance doit être salué par le malheureux « chien »
  12. Maintenant, aucun joueur ne marque pas moins de huit brisques à la fin de la manche, et s’il ne les a pas dans ses plis, il perd 50pts.

Le joueur qui n’a pas atteint 100pts dans la première manche ne marque pas ses brisques. On ne déclare point de quinte majeure en bloc : on doit d’abord déclarer le mariage d’atout et au prochain trait on y ajoute les pièces additionnelles as, dix et valet d’atout. On ne peut déclarer qu’une seule combinaison à chaque trait sauf si l’on tient le trait avec un 7 d’atout pour déclarer une combinaison. Un joueur peut passer du stade de roi à celui de « chien » sans transition. Ou,un « chien » peut passer roi aussi,suivant ses performances pendant la partie.

4De roi à chien ,et comment ?

Un joueur peut passer du stade de roi à celui de « chien »

  1. Un joueur surpris avec une main de cartes incomplète ou avec des cartes en plus devient automatiquement « chien » et la partie se termine illico.
  2. Un joueur qui ne peut pas justifier un quelconque total de points sur son marqueur devient « chien » et la partie se termine illico.
  3. Un joueur surpris en train de subtiliser une carte déjà jouée devient « chien » immédiatement et la partie se termine illico.

Toutes les autres erreurs mineures sont payées 50pts et ce petit tableau d’infractions n’est point exhaustif, il n’est qu’énumératif.

5En équipe

On a encore le Bésigue d’Équipes qui se jouent avec quatre joueurs, mais avec deux marqueurs. Les joueurs assis face à face font équipe. Leurs points sont déclarés lorsque l’un d’eux, n’importe lequel, a le trait, et s’accumulent sur le même marqueur que l’un d’eux tient. Les mêmes règles que pour le bésigue du « chien » tiennent, mais il n’y a pas de chien. Donc il va sans dire qu’une erreur commise par l’un des associés se répercute immanquablement sur son vis-à-vis .L’équipe qui perd s’en va, queue entre les jambes, pour laisser la place à deux autres joueurs. Ce jeu se joue justement lorsque la file des joueurs en attente est très longue.

Double bésigue

Le double bésigue, côté à 500pts, se joue seulement dans la région du sud-est et nulle part ailleurs.

Le marqueur

Le marqueur est donc disposé dans le sens de la largeur devant le joueur, avec le groupe de quatre barrettes de 10pts en bas à droite, la barrette de 50pts en bas à gauche, le groupe de quatre barrettes de 100pts en haut à gauche et la barrette des 500pts en haut à droite. Pas moyen de s’y tromper.

Ces types de bésigue que nous avons tenté de présenter sont décrits en langue vernaculaire comme des «jwèt pou dwèt », cela veut dire qu’on joue pour rien, nap angrese bèf pou zago. Mais il arrive que ce jeu de cartes se joue beaucoup pour de l’argent aussi chez nous.

VIAgroups.google.
SHARE
Previous articleLa Fédération Haïtienne de Football (FHF)
Next articleLes Noms cités dans l’histoire d’haiti
Nous avons osé être libres, osons l’être par nous-mêmes et pour nous-mêmes ; imitons l’enfant qui grandit : son propre poids brise la lisière qui lui devient inutile et l’entrave dans sa marche. J'@ime Haïti, je M'investis

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here