Personnalités haïtiennesPrésident haitien
Trending

François Duvalier, surnommé Papa Doc

François Duvalier, surnommé « Papa Doc », né à Port-au-Prince le 14 avril 1907 et mort dans la même ville le 21 avril 1971, est un médecin et homme politique haïtien. Il fut président de la République d’Haïti de 1957 à 1971, dictateur (« président à vie ») à partir de 1964. Son règne fut marqué par la corruption et l’utilisation de milices privées, les tontons macoutes

Premières années et accession au pouvoir:

Issu d’une famille originaire de Martinique, il suit sa scolarité au Lycée Pétion où il obtient son diplôme de fin d’études secondaires en 1928. Il s’inscrit ensuite à l’École de médecine de Port-au-Prince, puis commence à pratiquer dans les régions rurales. Il s’attire alors la faveur des populations pour son aide à la lutte contre le typhus, le pian et d’autres maladies de l’extrême pauvreté. Il y gagnera aussi son surnom de « Papa Doc ». En 1939, il épouse à Pétionville Simone Ovide, une infirmière que l’on appellera plus tard Maman Simone, avec laquelle il aura trois filles, Marie-Denise, Nicole et Simone, ainsi qu’un fils, Jean-Claude.

L’année 1957 est particulièrement mouvementée à Haïti. En avril, le président par intérim Franck Sylvain est écarté du pouvoir et arrêté. Le gouvernement provisoire qui lui succède est à son tour renversé par des militaires un mois plus tard. Après quelques semaines comme président intérimaire, Daniel Fignole est arrêté et contraint à l’exil par une junte que dirige le brigadier général Antonio Kebreau. Des élections organisées en septembre 1957 permettent à un ancien ministre dans le gouvernement de Paul Magloire, le docteur François Duvalier, d’être élu à la présidence du pays le 22 septembre 1957.

Retrait de Louis Dejoie

Le climat demeure tendu car l’adversaire de Duvalier, Louis Dejoie, retire sa candidature en dénonçant la fraude électorale et en appelant la population à la grève générale. La proclamation, puis la levée de l’état de siège, sont suivis par l’assermentation du nouveau président en octobre. Duvalier, qui deviendra président à vie en 1964, mettra en place un régime répressif.

Citation grands hommes

TRÈS SOUVENT JE QUITTE LE PALAIS LA NUIT, J’AI UNE SORTE DE DÉFORMATION MENTALE, IL FAUT J’INSPECTE lES RUES DE PORT-AU-PRINCE POUR VOIR SI ELLES SONT PROPRES EN TANT QU’OFFICIER D’HYGIÈNE PUBLIC. François Duvalier – Papa Doc

Utilisant le vaudou à son profit, il se donne une image de Baron Samedi (personnage maléfique du Vaudou) et n’hésite pas à déclarer, après l’assassinat de Dallas (novembre 1963) qu’il avait jeté un sort à Kennedy. Autoproclamé président à vie en 1964, il se réconcilie avec Rome et obtient de nommer les prêtres.

Quelques aspects du régime

Fidèle au culte vaudou, François Duvalier en fait une religion nationale. Il organise des célébrations publiques gigantesques. Il met en place un culte de la personnalité qui le place comme l’élu des « loas », esprits vaudous, et fait de lui un homme-dieu.

Voici un exemple de texte que les élèves haïtiens devaient réciter chaque jour (tiré de; Le dossier Haïti : un pays en péril, de Catherine Eve di Chiara, Paris, Tallandier, 1988) :

« Notre Doc qui êtes au Palais national pour la vie, que votre nom soit béni par les générations présentes et futures, que votre volonté soit faite à Port-au-Prince et en province. Donnez-nous aujourd’hui notre nouvel Haïti, ne pardonnez jamais les offenses des apatrides qui bavent chaque jour sur notre pays ».

En janvier 1971, François Duvalier est victime d’un second infarctus. Soucieux de sa succession — rendue difficile par la fuite et les complots de plusieurs membres de sa famille — il décide de faire de son fils Jean-Claude son héritier politique. Sa décision est entérinée par un simulacre de référendum, dans lequel 2 391 916 Haïtiens acceptent, à l’unanimité, que « Baby Doc » succède à son père. Ce qui est fait quelques mois plus tard, lorsque François Duvalier meurt.

À sa mort, en 1971, c’est son fils Jean-Claude qui lui succédera


Via
uneautre-histoirePhotos DadyChery
Source
perspective.usherbrooke.caici.radio-canada.ca
Tags
Show More

Planete Haiti

Un joueur, un enfant d'haiti, qui veut apporter une touche et une vison différente d'haiti

Related Articles

Leave a Reply

Close