Le domino est un jeu très populaire aux Antilles. De 7 à 77 ans et ce depuis de nombreuses générations ont joué aux dominos. Il n’y a pas d’occasion précise, tous les moments de libre sont propices:le week-end ou en période de vacances, sur la plage,après le déjeuner, à l’occasion de la visite de quelques camarades, installés autour d’une petite table sous la véranda bien ventilée et avec, à portée de main de quoi se désaltérer… On note toutefois qu’il y a plus de passionnés chez la gente masculine que féminine.

Un peu d’histoire autour de ce domino : il fut introduit aux Antilles pendant les grandes colonisations. Autrefois, il était pratiqué par les nobles, puis, au fil du temps, il s’est popularisé au travers des boutiques-buvettes où l’on y jouait pour de l’argent tout en buvant des “petits secs” (petit verre de rhum blanc). Les hommes qui pratiquaient ce jeu étaient souvent qualifiés de “vié neg” (vieux nègres) car ils dilapidaient les revenus du ménage en s’enivrant.

Les règles, 10 aux choix parmi une infinité:

Jeu classique

  • 28 dominos
  • 2 à 4 joueurs
  • à 2 joueurs, 7 dominos par joueur
  • à 3 ou 4 joueurs, 6 dominos par joueur

Celui qui a le domino le plus fort commence

On doit poser les dominos à la suite les uns des autres en les combinant (c’est-à-dire qu’un des côtés du domino posé doit porter le même nombre de points que le domino sur la table). Les doubles sont placés perpendiculairement. Chaque joueur garde ses dominos cachés, hors de la vue des autres joueurs. Lorsqu’un joueur n’a pas de domino à jouer, il “boude”, c’est-à-dire qu’il passe son tour Le premier qui a posé tous ses dominos a gagné. Si personne ne pose tous ses dominos, c’est celui à qui il en reste le moins qui gagne.

Jeu classique variant – avec pioche

  1. 28 dominos
  2. 2 à 4 joueurs
  3. à 2 joueurs, 7 dominos par joueur
  4. à 3 ou 4 joueurs, 6 dominos par joueur

Celui qui a le domino le plus fort commence

On doit poser les dominos à la suite les uns des autres en le combinant (c’est-à-dire qu’un des côtés du domino posé doit porter le même nombre de points que le domino sur la table). Les doubles sont placés perpendiculairement. Lorsqu’un joueur n’a pas de domino à jouer, il pioche dans le talon jusqu’à ce qu’il tire un domino qu’il peut placer.Le premier qui a posé tous ses dominos a gagné. Si personne ne pose tous ses dominos, c’est celui à qui il en reste le moins qui gagne.

Jeu classique

Jeu classique variant en plusieurs manches.

  • 28 dominos
  • 2 à 4 joueurs
  • à 2 joueurs, 7 dominos par joueur
  • à 3 ou 4 joueurs, 6 dominos par joueur

Celui qui a le domino le plus fort commence.

On doit poser les dominos à la suite les uns des autres en le combinant (c’est-à-dire qu’un des côtés du domino posé doit porter le même nombre de points que le domino sur la table). Les doubles sont placés perpendiculairement. Lorsqu’un joueur n’a pas de domino à placer, il pioche dans le talon, jusqu’à en trouver un. Le premier qui a posé tous ses dominos compte les points des dominos qui restent dans les mains des autres joueurs et se les attribue. Si personne n’a posé tous ses dominos, c’est celui à qui il reste le moins de points sur ses dominos qui marque les points.

Le premier joueur qui arrive à un total de 100 est le gagnant. On peut fixer le total à 50 pour des parties plus courtes.

Qui perd, gagne

Jeu classique variant à qui perd, gagne.

  1. 28 dominos
  2. 2 à 4 joueurs
  3. à 2 joueurs, 7 dominos par joueur
  4. à 3 ou 4 joueurs, 6 dominos par joueur

Celui qui a le domino le plus fort commence On doit poser les dominos à la suite les uns des autres en le combinant (c’est-à-dire qu’un des côtés du domino posé doit porter le même nombre de points que le domino sur la table). Les doubles sont placés perpendiculairement. Lorsqu’un joueur n’a pas de domino à jouer, il pioche jusqu’à en tirer un qu’il peut placer Le premier qui a posé tous ses dominos est éliminé. C’est à celui à qui il reste le plus de points qui gagne.

Le premier qui marque 50 points est le gagnant.

SHARE
Previous articleLes Noms cités dans l’histoire d’haiti
Next articleJeu Kay
Nous avons osé être libres, osons l’être par nous-mêmes et pour nous-mêmes ; imitons l’enfant qui grandit : son propre poids brise la lisière qui lui devient inutile et l’entrave dans sa marche. J'@ime Haïti, je M'investis

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here