L’histoire de l’île de la Gonâve commence par un massacre, celui de la reine Anacaona. Après son assassinat par les conquérants espagnols.

les Indiens se réfugièrent dans cette île qu’ils baptisèrent Gonabo qui est ensuite devenue Gonâve.

La Gonâve a constitué le dernier refuge des Amérindiens en Haïti. Au cours de la deuxième moitié du XIXème siècle, cette zone poissonneuse a attiré beaucopu les pêcheurs..En 1976, un cyclone a ravagé le sud d’Haïti et les survivants sont partis comme agriculteurs sur l’île de la Gonâve.

On raconte qu’Anacaona aimait se baigner autour de Picmy.

À l’époque de l’occupation étatsunienne l’île était divisée en sociétés Congo, travaillant et vivant ensemble. L’un d’entre eux, Faustin Wirkus devint leur roi.
L’île de la Gonâve, la plus grande île adjacente d’Haiti, est située entre le canal de Saint-Marc et le canal du Sud.

Cette île de 800 km2 (56 Km de long et 13 km sur sa partie la plus large) est aussi grande que la Martinique
Elle vit à l’écart du pays et, hormis l’érosion, elle a peu changé depuis les descriptions qu’en faisait Faustin Wirkus l’officier étasunien qui fut choisi comme roi par la population dans les années 1920.

On peut se rendre sur cette île de Montrouis, en utilisant l’un des bateaux faisant quotidiennement la traversée.

Montrouis se trouve à quelques 80 km. de Port-au-Prince. La Gonâve fait partie du département de l’Ouest

Géographie

La Gonâve est une île montagneuse et aride, peu peuplée, son point culminant se situe à 778 m d’altitude.
D’une superficie de 689,62 km²1, elle s’étend sur une longueur de 60 km pour 15 km de largeur. Elle se situe entre deux bras de mer : le « canal de Saint-Marc » sur sa côte septentrionale, et le « canal du Sud » (ou « Canal de La Gonâve ») sur sa côte méridionale.

Démographie

La Gonâve est peuplée de 79 188 habitants(recensement par estimation de 2009), dont la moitié est localisé dans la seule « ville de l’Anse-à-Galets », principale agglomération de l’île avec 39 783 habitants (le territoire communal de cette dernière comptant 56 890 habitants selon le même recensement, soit plus de 70 % de la population insulaire).

Organisation administrative

La Gonâve constitue un arrondissement du département de l’Ouest, et est composé de deux communes :Anse-à-Galets et Pointe-à-Raquette.
Anse-à-Galets: fut fondé et élevé au rang de commune en 1987. Elle est côtière et chef-lieu de l’arrondissement de La Gonâve du département de l’Ouest. Elle a six sections communales. Le relief dominant de ses six sections communales est le morne et celui de la ville est la plaine. Le climat de la commune est normal.

  • 1ere Section Palma
  • 2eme Section Petite Source
  • 3eme Section Grande Source
  • 4eme Section Grand Lagon
  • 5eme Section Picmy
  • 6eme Section Petite Anse

Pointe-à-Raquette:

Commune de l’arrondissement de la Gonâve du département de l’Ouest, sa superficie est de 302.26 km2. Elle a cinq (5) sections communales. Elle est côtière et située au flanc d’une montagne. Son climat est normal

  • 1ere Section La Source
  • 2eme Section Grand Vide
  • 3eme Section Trou Louis
  • 4eme Section Pointe-à-Raquette
  • 5eme Section Gros Mangle

Histoire

L‘île de la Gonâve a été le dernier refuge des amérindiens taïnos en Haïti. Ainsi c’est à la suite du massacre de la reine Anacaona par les conquistadors que les rescapés de sa cour vinrent se réfugier sur l’île et la baptisèrent Gonavo.
Au cours de la deuxième moitié du xixe siècle, l’île a commencé à attirer des pêcheurs, puis peu de temps après, l’agriculture commença à apparaître.

À l’époque de l’occupation d’Haïti par les États-Unis, La Gonâve était divisée en sociétés Congo travaillant et vivant ensemble. C’est un officier américain, Faustin Wirkus qui fut choisi comme roi de l’île par la population dans les années 1920. Il a raconté son histoire dans un ouvrage très contesté :

« Le roi blanc de la Gonâve ».

En 1976, un cyclone ravage le sud d’Haïti et de nombreux survivants viennent s’installer sur l’île comme agriculteurs.

Le 8 septembre 1997, l’embarcation « Fierté Gonavienne » effectuant la traversée entre Anse-à-Galets et les environs de Cabaret coula, avec à son bord plus de 500 passagers. L’accident était considéré comme le plus grand désastre maritime d’Haïti depuis celui du « Neptune » en 1993 qui avait fait faisant 276 morts et 800 disparu3.

En 2004, les gonâviens sont descendus dans la rue pour demander leur sécession de la république d’Haïti. Le mouvement a été étouffé dans l’œuf par les membres du gouvernement du président Jean-Bertrand Aristide

Sports

Le club de Football Roulado de Gonave était considéré au début des années 2000 l’orgueil des gonaviens. Il a remporté le championnat national de 1re division en 2 occasions : à l’ouverture 2002 et à la fermeture 2003. Parmi les joueurs ayant évolué au club figurent James Marcelin, Jean Rebert Menelas et Johny Descollines.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here